Les talents cachés de Sybille

« J’ai élevé mes enfants aux petits pots industriels et j’avais le numéro de Pizza Hut scotché au-dessus de mon frigo ! », s’amuse celle qui est devenue le « personnage public » du magazine Cuisine actuelle sur le digital. Persuadée que Sybille Joubert avait toujours baigné dans la marmite de la presse culinaire, j’ai eu du mal à croire que cela faisait seulement 2 ans… et qu’elle venait de fêter ses 20 ans de boîte ! Avec ses lunettes stylées, sa silhouette élancée et son beau sourire, j’aurais parié sur 10 de moins. Portrait d’une self-made reine des fourneaux, dont le partage est le maître-mot.

IMG_0058

« Le vrai partage, c’est quand tu n’as rien et que tu peux quand-même réaliser quelque chose de merveilleux ».

Je l’ai rencontrée il y a 2 ans, au détour d’un pot de départ. L’icono du magazine régalait déjà la rédac – et tous ceux qui voulaient bien passer par là – de ses délices. Noël, anniversaires, congés maternité… Ces occasions prenaient un véritable air de fête grâce à elle. « La pâtisserie, c’est un cadeau ! Tu fais forcément plaisir avec un gâteau. » Je l’avais déjà repérée dans le mag papier dans la rubrique « Sybille fait son marché ». Je découvrais alors ses recettes alléchantes sur Cuisineactuelle.fr. Puis ce fut le succès de l’opération « 24 jours pour devenir un chef » et surtout, de son carnet de recettes de Noël téléchargé plus de 28 000 fois sur Cuisineactuelle.fr. Depuis, Sybille donne rendez-vous aux fans Facebook du magazine en live et en vidéo chaque semaine pour réaliser des recettes tendance repérées sur la toile comme ce milkshake géant ou ces piñata cornets… Et elle tient désormais son propre site de recettes dont vous ne pourrez plus décrocher. Un petit aperçu :

Capture d’écran 2016-06-23 à 08.12.16

Ses filles, son vrai régal

Lola et Noä, 12 et 14 ans, se souviendront de « 24 jours pour devenir un chef ». La rédaction livrait un conseil ou une recette par jour sur le réseau social pour aider à préparer son réveillon dans un esprit de challenge décontracté. Tout naturellement, Sybille se prête au jeu. « Le premier jour, j’ai tenté un sapin en rose des sables, que j’ai photographié et posté sur Facebook. Les réactions des internautes étaient tellement encourageantes que chaque  jour, j’ai réalisé un gâteau différent. C’était un festival ! ». Au grand bonheur de ses filles, qui s’improvisent testeuses. Elle réalise ces délices chez elle, parfois les deux sœurs l’assistent en cuisine, et pour peaufiner ses photos, elle investit dans un appareil, achète de la déco… se laisse surprendre par les réactions bienveillantes des abonnés sur les réseaux. Mais c’est bien ses deux beautés qu’elle cherche avant tout à épater : « quand j’ai réalisé mon premier gâteau d’anniversaire pour elles, leurs réactions étaient ma plus belle récompense. »

Des pinceaux aux fourneaux

Comme dans un labo, ou plutôt comme dans son atelier, Sybille a travaillé, recommencé, testé… Pour comprendre comment cette apprentie cuistot est devenue reine des fourneaux, il faut s’attarder sur son coup de pinceau. Avant même de rejoindre le groupe Prisma et de devenir maman, Sybille peignait. Elle exposait au restaurant le 104, une célèbre adresse parisienne de cuisine marocaine lancée il y a 20 ans par Smaïn. Voici les quelques rares toiles qu’elle a conservées de cette époque qui, dans les années 90, se vendaient comme des petits pains.

La vie l’éloigne un temps de ses pinceaux ? Qu’à cela ne tienne, elle tente autre chose, entourée de personnes qui la soutiennent dans ses envies créatives. Marie-Laure d’abord, directrice artistique du magazine Prima à l’époque, qui l’encourage dans son projet des « Petits Minettes », des T-shirts réalisés pour ses filles qui, suite à une simple brève dans le magazine, remportent un succès phénoménal. « Je n’ai pas pu continuer, j’étais noyée sous les commandes ! ». Avec Marion, ensuite, la community manager de Cuisine actuelle : « On brainstormait toutes les deux pour trouver des idées qui pourraient plaire à la communauté, et ce petit personnage est né ». Avec cette petite bonne femme pleine de fraîcheur, elle lance régulièrement des défis et devinettes culinaires sur les réseaux du magazine .

Vous l’aurez compris, Sybille a du talent. Des talents même. Et surtout, elle prend le temps. « Mon rêve, c’est d’avoir un atelier rempli d’objets chinés, avec une grande cuisine et une pièce pour faire des vidéos de recettes ». Elle est de ces personnes qui me font aimer mon boulot, c’est à dire explorer la face sensible et passionnée des réseaux sociaux. Ces personnes qui tranquillement, humblement, sèment autour d’elles, dans la vie réelle comme virtuelle, de petites graines créatives qui finissent par transformer leurs routes en de belles allées fleuries (je suis très inspirée par les parcs et jardins en ce moment hihi). Non, on va plutôt dire que Sybille Joubert a le don de transformer un petit pique-nique d’été en un fabuleux banquet ! Assis en face d’elle, ses amis et ses collègues. De chaque côté, Lola et Noä, ses filles adorées.

TIOG5181

Publicités