Art textile : Sophie Touret taille un costard à son croco

portrait-283x300Sophie et moi, on se connaît depuis… 25 ans ! C’est simple, l’année où nos parents se sont retrouvés, nous rentrions de deux ans en région bordelaise. J’avais donc 10 ans et elle, 16 peut-être… Je me souviens de ce jour de l’an 1988 à Apremont : amis et enfants d’amis, tous regroupés pour fêter les retrouvailles. Comme jamais. Sophie, elle a même été ma pionne au collège. On se voyait aussi souvent à l’atelier de sculpture de nos parents, dirigé par son père, le sculpteur Marc Touret. Puis un jour, elle s’est mariée dans sa magnifique maison décorée de libellules faites main et de rubans multicolores partout en extérieur. Une vraie source d’inspiration poétique pour la déco de mon propre mariage.

Sophie, je l’ai retrouvée il y a deux mois à un salon parisien des arts textiles pour lequel je réalisais une petite vidéo pour le magazine Flow. Presque par hasard. J’ai reçu son invitation et sauté sur l’occasion pour lui faire signe la veille : « j’y serai aussi, je passerai te faire une bise ! ». Et là, j’ai été littéralement bluffée par son installation suspendue en papier mâché. Comme tous les curieux qui passaient par là. Certains l’avaient vu aux infos la veille. D’autres se laissaient surprendre et sortaient illico le smartphone pour une photo. Il faut dire que ce crocodile businessman en costume trois pièces riant aux éclats interpelle… Je lui ai posé quelques questions sur les coulisses de cette installation. En bref : un coup de gueule contre « ceux qui tiennent le monde, avides de richesse et de pouvoir au point de manquer de raison. »

c'est moi le plus fort entierWAtelier de Favelle : Qu’est ce qui t’a inspiré cette installation ?
Sophie Touret :
« Cette installation s’appelle « C’est moi le plus fort ! » : le crocodile fait homme ou l’homme mutant en crocodile. J’ai eu envie de pousser à l’extrême le  » toujours plus » avec un personnage qui représenterait la folie et la cruauté (déguisée). Le crocodile se camoufle, glisse invisible dans l’eau et saute subrepticement sur sa proie, comme un avocat sur une entreprise en difficulté. Le dédain de l’Homme et son équilibre dans le milieu des affaires me met hors de moi. Alors je rêve que les merveilles de la Terre se sauvent s’installer ailleurs dans l’univers et que le crocodile reste seul sur une Terre dévastée. »

Croco entierWADF : La colère est-elle ta meilleure alliée pour créer ?
S.T. : « Non, je ne pars pas souvent d’une idée comme celle-ci. La plupart du temps, j’essaye de transmettre l’émotion que j’ai à sentir le monde autour de moi, de sublimer le beau dans la nature, les gens, les idées… Faire un foccus sur ce qui n’est pas clinquant, mais extraordinaire de beauté simple. Et puis le printemps arrive à pas feutrés et la végétation fait renaître l’espoir que quelques choses de bon peut encore nous arriver. J’observe avec délice la naissance des feuilles, des fleurs, le chant des oiseaux qui construisent la vie, leur nid, qui profitent de l’air et du bleu du ciel. »

Etoiles WOiseau bleu roseWoiseaux et arbresWEn savoir plus sur le site de l’artiste textile Sophie Touret

Publicités