Je ne l’ai pas vue arriver, celle-ci

Je ne l’ai pas vue arriver, celle-ci.
Elle s’est faufilée, la souris.
C’était pas faute de l’avoir attendue.
D’avoir bien à l’avance préparé sa venue.
Billets d’avion pour l’Indonésie,
Champagne, sapin et confettis,
Tout était prêt pour l’accueillir,
Week-end Francis en ligne de mire.

J’avais congédié l’ancienne locataire,
Versé son solde, rendu ses affaires,
Donné un coup de frais, mis les moutons au feu,
Histoire que la nouvelle prenne possession des lieux.
Mais j’avais beau checker, je n’avais pas de nouvelles,
Pas le moindre texto, whatsapp, tweet ou e-mail,
Je finissais par sérieusement me demander,
Si elle n’avait pas d’autres chats à fouetter.

Qu’à c’la n’tienne, j’ai foncé, je me suis enivrée,
De sorties, de virées, de spectacles, de musées,
De sculptures, de ptits bols, de séances d’atelier,
Et j’ai pris soin au mieux de ceux qui m’entouraient.
Puis hier à minuit, à la porte elle sonna.
Explosion, cris de joie et hugs à tour de bras :
2015 est bien là ! L’avenir n’attend pas,
Ce matin, on tournait ensemble au café noir,
Pour échanger voyages, art et nouveaux départs.

Merveilleuse année à toutes et à tous, santé, bonheur et apéros à la fraîche ! Cœur avec les mains.

mel-bonne-annee

Publicités