La fête de Falguières, 9.9 sur l’échelle de riche terre

« A 9 et plus : dévaste des zones sur des centaines de kilomètres à la ronde ». En l’espace de deux jours, c’est bien l’effet que produit la fête de Falguières aux alentours. Ce hameau de trente âmes dépeuple tous les villages environnants pour accueillir mille cinq-cents villageois aveyronnais vêtus de leurs plus beaux atours. Ils viennent valser, s’attabler, partager et se souvenir de leurs anciennes amours.

Il est des vacances qui ont un goût unique. Des moments de « rien » qui rappellent que c’est ça, en fait, la vie. « Falguières – août 2014 » en fait résolument partie. Cinq jours. Cinq petits jours en Aveyron. Un village, une église, une ancienne ferme. L’épicentre de Falguières. Le cœur de la famille Cluzel. Le cœur de notre break à nous.

Il y a d’abord la fête du village. L’accordéon musette, la pêche aux canards, le tir à la carabine, le barbecue géant, les bottes de paille et l’orchestre de Firmin. Pendant que les jeunes enflamment les immenses foyers, les anciens soufflent sur les braises encore bien vives de leurs souvenirs. En valsant. Il suffit de les observer danser. Ils tournoient, tapent des pieds, des mains. Sans un mot, sans un regard. Avec un plaisir sérieux.

Avant cela, il y a la ripaille ! La soupe au fromage, les tripoux (pas voulu goûter, désolée Cédric !), les moules au barbecue, les frites à la graisse de bœuf (là j’ai foncé !), la fouasse, la glace, le rosé piscine… A la fraîche dans la cour de l’école, toutes générations attablées sous les guirlandes lumineuses. Heureusement que le jardin regorgeait de haricots verts pour équilibrer les repas !

Mais à Falguières, il y a surtout Pierre, Christine, Sarah, Nico, Cédric, Noah et Arthur. La joyeuse et chaleureuse famille Cluzel. Chez eux, tout est simple et gai. De parties de Scrabble en sourires affables, de généreux apéros en équeutage de haricots… Dans cette magnifique ferme enfouie sous la végétation, on se sent comme à la maison.

Pierre m’a fait l’honneur d’une visite guidée de la grange au grenier. La vie d’il y a trois générations y est prégnante : charrue, moissonneuse batteuse… C’est comme si l’on entendait encore fonctionner tous ces engins agricoles. Hennir le cheval, meugler les vaches, bêler les moutons (ah ah ! Vous ne vous souveniez plus du cri du mouton, hein ?). Pierre nous a guidés aussi jusqu’à ses coins secrets à champignons. Et jusqu’à sa châtaigneraie. Là où 50 ans plus tôt, son oncle et sa tante ont rapporté des Landes un pin dans une boîte de conserve. Le pin devenu immense trône désormais au milieu des châtaigniers. Grand et fort. La mémoire de la famille. Et maintenant que je sais où il se cache, gare à celui qui voudrait l’y déloger.

IMG_1595 IMG_1596 IMG_1598 IMG_1601 IMG_1608 IMG_1609 IMG_1617 IMG_1618 IMG_1619 IMG_1620 IMG_1621 IMG_1623 IMG_1633 IMG_1637 IMG_1638 IMG_1649 IMG_1654 IMG_1658 IMG_1666 IMG_1667 IMG_1673 IMG_1715 IMG_1720 IMG_1730 IMG_1735 IMG_1747 IMG_1748 IMG_1764 IMG_1771 IMG_1786 IMG_3160 IMG_3161 IMG_3164 IMG_3166 IMG_3168 IMG_3174 IMG_3176 IMG_3179 IMG_3209 IMG_3240 IMG_3245 IMG_3248 IMG_3256 IMG_3257 IMG_3267 IMG_3269 IMG_3274 IMG_3275 IMG_3276 IMG_3280

Publicités

5 réflexions sur “La fête de Falguières, 9.9 sur l’échelle de riche terre

  1. Tellement juste !!!! Magnifique description dans les mots comme dans les images ! Chapeau bas ! (un membre de la cluzelerie.)

  2. Les photos sont magnifiques et vos commentaires sur notre village et ses habitants sont justes.
    La prochaine fois, essayez les tripoux, vous ne serez pas déçue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s